Merci à tous pour votre inscription Bientôt une intrigue et le retour de la guerre des groupes qui avait fait succès lors de la première version. Aussi, les groupes free as a bird et little jackass with bulldog sont fermés à partir d'aujourd'hui, jusqu'à nouvel ordre.

Partagez | 
 

 
▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faye DiLaurentis

avatar

INSCRIT DEPUIS : 26/11/2011
MESSAGES : 68

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   Dim 4 Déc - 2:23

gabriel et faye
J’étais en pleine dégustation d’un martini, quand mon blackberry vibra enfin. Skeeter allait m’entendre. « Skeet’ mais où es-tu ? Ça fait trente minutes que je t’attends, l’ambiance est pourrie ici ! » M’époumonais-je. Après tout, c’était à cause d’elle si je me retrouvais dans cette boite de nuit, en train de faire semblant de rire avec des filles que je fais par la même occasion semblant d’apprécier. "Ce sera marrant, on se foutra de leur gueule et puis ça nous changera les idées ! " m’avait-elle dit, sauf qu’à priori ça ne se passe pas comme prévu. « Faye, tu te souviens nous sommes amies ? Alors, ne crie pas….mais… Je ne vais pas pouvoir venir ce soir. » Répondit finalement Skeeter. Je sentis le sang me monter dans les tempes et ma mâchoire se crisper. « Attends tu te fous de moi là ? C’est toi, qui m’as obligée à venir à cette soirée ! » hurlais-je. « Ouais mais là tu vois, y’a un bel Italien qui m’attend dans la chambre… promis, c’est moi qui irai faire les courses demain et je ne maltraiterai plus victor pendant deux semaines. » bip, bip. Le plus étrange sur le coup c’est que ma colère fut vite remplacée par de l’inquiétude ; de qu’elle chambre parle t’elle ? Bref, je chassai cette sordide question d’un geste de la main, elle n’oserait quand même pas… enfin. Le bon côté des choses c'est qu'elle en ai oublié Garrett au moins pour une soirée. « Bon les filles, je reviens, je vais chercher à boire. » lançais-je à Jenny et son groupe d’amies avant de quitter précipitamment tout ce petit monde pour aller m’asseoir au bar – ça fait plus crédible. Qui est Jenny ? C’est une bonne question, apparemment c’est une fille de l’immeuble qui nous aime bien Skeeter et moi, du coup elle nous a invitées à sa soirée d’anniversaire. Soirée d’anniversaire avec boisson tout frais payé par son cher papa, alors du coup… Comment refuser des boissons gratuites ? Et puis c’est vrai qu’au départ on comptait fait perdre sa virginité à la petite Jenny, qui fait partie d’un groupe de chasteté. D’accord, c’est peut-être pas sympa, mais après tout ça partait d’une bonne intention ; lui faire découvrir les plaisirs du sexe. Enfin, c’est ce que je me dis pour apaiser ma conscience.
« Voici votre Vodka rouge. » Tout en oubliant ma conscience, je bu une gorgée avant de reporter mon attention sur… sur Gabriel ? Non, je ne rêvais pas. Il se trouvait là, affalé sur une des « banquettes » de la boite, en train de tripoter une fille. Oh mon dieu c’est ma voisine ! Il me fallut deux gorgées de plus pour digérer la scène qui se déroulait devant mes yeux. Ma voisine c’est le genre de fille que toutes les femmes détestent : silhouette de rêve, formes avantageuses. Je l’ai tout de suite haïe. De plus, vêtue avec cette simple et légère robe rose qui sied parfaitement à ses formes, je la hais encore plus, je suis certaine de ressembler à un sec si j’ose un jour porter quelque chose de la sorte. « Non mais prenez-vous une chambre d’hôtel, sérieusement… » Dis-je tout haut, de toute façon personne ne peut m’entendre ruminer à part le serveur, alors autant faire ce dont pour quoi je suis douée. « En plus je parie que sa poitrine est fausse, ce n’est même pas sa vraie couleur de cheveux ! » Hector, le serveur me regarda d’un air interrogateur et réprobateur. « Quoi ? Je ne fais que constater ! » Non mais de quoi il se mêle celui là ? « Resservez-moi un verre à la place. » Il s’exécuta sans broncher. Quand je reportai mon attention sur « le couple » ils étaient déjà passés à la vitesse supérieure, ce qui me fit lever les yeux au ciel. Je dois bien avouer que ça m’irritait un tantinet que Gabriel soit en train de commencer à faire ce que je pense avec cette fille. Non, ce n’est pas de la jalousie, c’est juste de l’irritation, je précise. Pourquoi serais-je jalouse après tout ? C’est au moment où je me fis cette réflexion qu’il me vit en train de le regarder. « Merde ! » lâchais-je avant de me détourner et de boire mon nouveau verre de Vodka d’une traite. Un deuxième juron s’échappa à nouveau de ma bouche quand je le vis se lever. Faites qu’il ne vienne pas me voir, faites qu’il ne vienne pas me voir, priais-je intérieurement. Vu la situation gênante et honteuse dans laquelle je me trouvais actuellement j’avais bien le droit de prier. Tout ça à cause de Skeeter ! Encore elle !
Deux options s’offraient à moi, partir vite rejoindre Jenny, ou rester et affronter la réalité… Bon d’accord, je dramatise peut-être la situation là, c’est juste que je n’aime pas faire face à Gabriel, il m’énerve, à chaque fois qu’il ouvre la bouche il m’énerve, pourtant je suis plutôt du genre "j’ai toujours raison, c’est toi qui as tort alors ferme-là" mais je ne sais pas comment, il arrive toujours à avoir le dernier mot et je dois bien avouer que ça m’irrite au plus ou point, voilà d’ailleurs pourquoi je ne fais que coucher avec lui… et puis merde ! Je ne vais quand même pas partir en courant à cause de ce mec ? Pourquoi je me mets dans tous mes états d’ailleurs ? « Hector, je vais avoir besoin de plus de Vodka. » articulais-je avant de me retourner vers Gabriel, presque arrivé à mes côtés. « Tient Gabriel, quelle surprise de te voir ! » dis-je avec un air faussement surpris. « Alors, elle est bien ma voisine ? » sur ces quelques mots, je me mordis la langue, c’est certain maintenant je vais passer pour la fille jalouse, heureusement mon verre de vodka arriva à point.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Springsteen
► set fire to the rain.
avatar

INSCRIT DEPUIS : 20/11/2011
MESSAGES : 124

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   Mer 7 Déc - 12:27

when you try your best but you don't succeed, when you get what you want, but not what you need”
f a y e

La tête embrumée par les premières vapeurs de l'alcool, Gabriel se laisse emporter au royaume des songes. Ses sens s'exacerbent, il a l'impression de mieux voir le monde, plus beau, plus flamboyant, sous les lumières et derrière le philtre de l'alcool, il aime à observer cet univers qui vaut soudainement la peine d'être reproduit en peinture. Le jeune homme passe une main dans ses cheveux et se tourne vers sa cavalière d'une soirée. Elle est belle, rayonnante même, mais encore une fois avec la boisson il a une forte tendance à considérer la vie avec optimisme. Par exemple, il ne s’aperçoit pas qu'elle est trop maquillée, ou qu'on peut voir ses racines brunes, ou même cette lèvre inférieure irritante qu'elle ne cesse de mordiller sans raison apparente alors qu'elle pose sa main sur le bras du peintre. Il s'en fout, qu'elle fasse comme il lui plaise, s'il peut la faire rêver l'histoire d'une soirée. De toute façon, au lendemain matin, il la jettera et elle rentrera chez elle dépitée en racontant à toutes ses amies qu'elle a couché avec un connard sans cœur. Gabriel est un connard, c'est vrai. Mais il a un cœur, et il ne compte pas le donner à la première venue. Son expérience lui a démontré il y a six ans que toute femme n'était pas digne de confiance. L'artiste sourit, joue son rôle d'homme fatal, rit, complimente, caresse la main tendu en ignorant ses battements de cils répétitifs. Il se dit qu'il va pouvoir la baiser, et qu'au moins il ne sera pas venu dans cette boîte de nuit pour rien. Jenny, Vicky, Pacey, Tess ou Emma, il a déjà oublié son nom. S'il n'était pas si bourré, il prendrait la peine de lui demander, on sait jamais, qu'il ne cri pas le nom de sa femme ou d'une de ses maîtresses à la place. Un visage s'impose, celui de Faye. Il déglutit, est-ce qu'il vient d'évoquer Faye alors qu'il pensait à un orgasme ? Il déraille, c'est certain. Gabriel reprend son verre et boit une autre gorgée, alors que sa cavalière lui raconte sa vie et qu'il se retient de bailler par pure politesse, on ne baille pas devant une fille avec qui on veut coucher. « Et je suis journaliste, j'écris des articles sur la mode, du coup je vais souvent voir des défilés de Yves Saint-Laurent, par exemple.». Le peintre cligne des yeux et sourit, en se demandant s'il n'a pas lu quelque part que le styliste était mort. Il réfléchit un instant. N'était-ce pas Saint-Laurent qui avait fait la tenu de la jeunesse hitlérienne et des SS ? À moins que cela soit Hugo Boss ? Il lève les yeux au ciel, qu'importe. Gabriel s'avance vers la blonde qui a l'air satisfaite de leur proximité et lui ravit ses lèvres. Elles ont un goût amer de cigarette, de bonbon à la menthe et d'alcool. Ce n'est pas désagréable, mais il déteste la cigarette, alors il s'éloigne pour du bon et c'est à ce moment là que son regard croise celui de Faye. La jeune femme l'observe, les lèvres pincées et l'air franchement irritée. Est-ce qu'elle serait jalouse, par hasard ? Se demande t-il brusquement, puis il éloigne cette pensée déconcertante. Elle lui a bien fait comprendre qu'eux deux, ce n'était que du sexe et rien de plus. Et puis, elle a Aidan, son Prince Charmant, qui l'attend. Gabriel ricane puis se penche à nouveau pour embrasser sa conquête sans lâcher Faye des yeux, l'air de dire "Tu vois comme je l'embrasse ? Ça pourrait être toi. Ça t'excite le voyeurisme ?". Mais ce petit jeu du chat et de la souris ne l'amuse plus. Tester les limites de la jeune femme n'est pas drôle, et il pourra tripoter la blonde qu'il a dans les bras autant qu'il veut qu'il ne retrouvera pas cet indicible plaisir qu'il a à énerver Faye. Il se lève, sans un au revoir pour Vicky/Tess/Mary et se dirige vers la journaliste. Dommage, qu'il se dit. Elle avait l'air d'être sympa, l'autre, elle ne lui prenait pas la tête à toujours essayer d'avoir raison, et puis il pouvait facilement ignorer son babillage constant pour se concentrer sur ses formes. Gabriel hausse les épaules et réalise que ce n'est peut-être parce qu'il veut, une fille facile et saoule. Il veut une fille comme Faye qui lui en fera voir de toutes les couleurs même lorsqu'ils seront dans son lit. Il s'avance vers elle et sourit. Faye avale rapidement un verre d'alcool, dans l'ombre il ne parvient pas à discerner le mélange mais il n'en a pas grand chose à foutre. Doucement, il la salue d'une signe de tête, ce quoi elle répond d'un hypocrite « Tiens Gabriel, quelle surprise de te voir ! ». Il lui sourit et plonge ses yeux bleus dans ceux de la blonde, il sait qu'elle adore ses yeux, son sourire et sa peau et il compte bien s'en servir « Une surprise ? Vraiment ? Parce que ça fait dix minutes que tu m'observes, alors je ne pensais pas pouvoir encore te surprendre.» il commande un Bloody Mary et se tourne à nouveau vers elle « D'ailleurs, c'était un peu perturbant. Un peu tue-l'orgasme, si tu vois ce que je veux dire. » il attrape le liquide rouge qu'on lui tend et savoure une petite gorgée. Elle demande d'un air crispé « Alors, elle est bien ma voisine ? » ? Il hausse un sourcil. « Très bien. Elle est journaliste de mode, et elle va souvent voir des défilés. On est un peu dans le même milieu, elle et moi, on a beaucoup de choses en commun.» il attrape la main de Faye et la retient alors que cette dernière tente de la reprendre. Caressant sa paume avec le pouce il ironie «Par exemple, on avait tous les eux envie de s'envoyer en l'air. Mais quand elle t'a vu me regarder avec autant de fascination, elle m'a demandé si tu étais ma copine ou ma femme. ». Mensonge... siffle une petite voix dans sa tête, mais il l'ignore.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
➣ You love me for who I am Like the stars hold the moon Right there where they belong And I know I'm not alone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faye DiLaurentis

avatar

INSCRIT DEPUIS : 26/11/2011
MESSAGES : 68

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   Sam 10 Déc - 23:17

gabriel et faye
Ses yeux, sa peau, ses lèvres, c’est difficile à admettre mais presque tout me fait défaillir chez Gabriel, il en a d’ailleurs conscience et sait en jouer. Détournant mon regard, je reportai mon attention sur mon verre d’alcool à moitié vide, tout en l’écoutant vaguement, essayant de faire abstraction de sa voix qui se voulait sensuel, en me concentrant à la place sur la musique. Je me surpris d’ailleurs à sourire légèrement à sa réflexion, « un tue l’orgasme » ? C’est surprenant, je ne me suis jamais perçue de cette façon, il faut bien concéder que c’était l’effet escompté, même si ça me brûle la gorge de l’avouer. Après tout, qui voudrait voir son amant dans les bras de Sasha ? Chaque fille a sa Sasha, et la mienne a vraiment une silhouette qui fait plus d’une envieuse, le plus énervant c’est qu’elle ne s’en rend pas compte. « Oh vraiment ? Je ne savais pas que j’avais le don de perturber le grand Gabriel Springsteen ! » ironisais-je. Au loin je vis Sasha finir son verre, tout en me jetant un regard dédaigneux. Il était clair, qu’elle n’allait plus jouer à la gentille voisine avec moi. En parlant du loup, Gabriel vanta les nombreux points communs qu’il s’était trouvé avec ma voisine de palier, ce qui me fit ouvertement bailler, je connaissais déjà les moindres détails de la vie de Sasha, il faut dire que la jeune femme à la langue bien pendue. Je cherchais d’ailleurs mentalement ce qu’elle et lui pouvait bien avoir en commun. « Et bien, si tu as tellement de point en commun avec elle, que fais-tu ici ? » lançais-je tout en haussant les épaules. Il commence à m’agacer un tant soit peu à parler d’elle. Je suis persuadée qu’il ne connaît même pas son prénom alors qu’il ne vient pas me faire croire qu’il était intéressé par autre chose que ses fesses ! « J’ai un trou de mémoire, c’est comment déjà son prénom ? » lui demandais-je tout sourire. Gabriel esquissa soigneusement ma question, en commandant un Bloody Mary. Il bu quelques gorgées avant de s’emparer de ma main, posée sur le bar. Instinctivement, je voulu dégager ma main de la sienne, mais il resserra son étreinte pour m’en empêcher, me caressant la paume du bout des doigts. Même sans parler, il arrive à faire passer des sous-entendus. C’est horrible cette sensation de ne plus être maitre de soi même en présence de Gabriel. « Tu es toujours obligé de faire ça, ce genre de choses. ça m’exaspère, tu m’exaspères. » déclarais-je calmement, fixant ses yeux bleus, que j’avais évité jusqu’ici. Je ne sais guère si on lui avait déjà faire part de cela avant, mais je suis certaine de ne pas être la première à trouver cela dérangeant. De plus, je n’arrive plus à penser lorsqu’il me touche ainsi, c’est perturbant. A mon tour je commandai un nouveau verre à Hector, un cosmopolitan cette fois-ci. «Par exemple, on avait tous les eux envie de s'envoyer en l'air. Mais quand elle t'a vu me regarder avec autant de fascination, elle m'a demandé si tu étais ma copine ou ma femme. » ironisa Gabriel. Mais quel point commun, songeai-je. Je ne pu m’empêcher de laisser échapper un rire frivole. Gabriel a presque tout le temps envie de s’envoyer en l’air, pas étonnant qu’il ait un point commun avec cette fille, ou avec qui que ce soit d’ailleurs. Parfois, je me demande s’il pense à autre chose que le sexe quand il est en présence d’une femme, ça m’étonne qu’il puisse encore aligner deux mots. Je repensai ensuite à la deuxième partie de sa phrase. Sa copine ? Sa femme ? Elle est loin du compte la Sasha, elle me connaît très mal, comme si je pouvais être la femme de Gabriel. « Oh puisque tu as autant envie de t’envoyer en l’air, je peux très bien aller trouver cette chère Sasha, et éclaircir la vérité. » répondis-je un sourire faux sur le visage, avant de reprendre ; « Bien sur pour ça, il faudrait que tu daignes me lâcher. » je bu une gorgée de mon cosmopolitan avant d’ajouter ironiquement ; « Au fait, juste au cas où, Sasha c’est la fille avec qui tu te trouvais il y a quelques minutes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Springsteen
► set fire to the rain.
avatar

INSCRIT DEPUIS : 20/11/2011
MESSAGES : 124

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   Mer 14 Déc - 22:51

when you try your best but you don't succeed, when you get what you want, but not what you need”
f a y e

Étrangement, Faye avait l'air irritée ... non énervée de se faire supplanter par la jeune blonde. Mais, à y bien réfléchir, ce n'était pas étonnant. Cette fille ne savait pas ce qu'elle voulait, oscillant toujours entre deux idées, deux choix, de parfums, deux amants, deux réactions. Elle était en perpétuelle conflit avec elle même, ce qui se révélait ses traits du visage. Aujourd'hui, elle hésitait entre une désinvolture toute calculée et un énervement qui lui échappait complétement. Il se demanda quand est-ce qu'il avait appris à sa bien la connaître. Faye n'était pas le genre de fille avec qui on parlait de longues heures durant, sauf si on aimait se faire remettre sans arrêt à sa place. Gabriel chancela et s'assit sur un tabouret en passant un doigt sur ses tempes. Il sentait venir la migraine et n'attendait pas avec impatience le réveil du lendemain matin. Il espéra avec une pointe d'inquiétude que la baby-sitter s'en sortait bien avec Scott, avant de retourner son attention sur Faye. Il s'interrogea un instant, observant la courbure des ses lèvres, la rondeur de ses joues, ses yeux couleur d'aigue-marine et ses cheveux blonds, les réinventant mentalement, les couvrant de peinture, ajoutant un détail par-ci et par-là sur cette toile imaginaire. Ses yeux glissèrent sur son corps avec envie. Oui, elle avait définitivement le physique d'une muse, peut-être Erato, celle de la poésie érotique*. Il se demanda si elle céderait ce soir, s'il pourrait voler quelques heures de son temps, faute de pouvoir voler son cœur**. Ignorante de ses songes, elle harangua amèrement « Oh vraiment ? Je ne savais pas que j’avais le don de perturber le grand Gabriel Springsteen ! ». Gabriel haussa un sourcil. Comme s'il était possible d'ignorer une telle chose. Ses lèvres s'étirèrent en un mince sourire, et il murmura « Quand tu me regardes comme tu le faisais tout à l'heure, j'avais l'impression de te tromper. Ce n'est pas ma faute. ». Ce n'est pas ma faute, la belle affaire ! Phrase reprise des Liaisons Dangereuses. Toujours rejeter la culpabilité avec allégresse, ignorer les responsabilités, s'amuser des obligations, piétiner le devoir, oublier les contraintes, Détester la société, recevoir cette même haine en retour. S'émanciper du monde dans lequel il est né et où il ne trouve pas sa place. Voilà où son âme vagabonde alors qu'il plonge ses deux orbes bleues dans celle de la jeune femme. « Et bien, si tu as tellement de point en commun avec elle, que fais-tu ici ? » s'enquit Faye. Excellente question, il l'ignorait lui même. Pourquoi chercher les emmerdes avec autant d'acharnement? Inconsciemment, il fait de la voltige sur une lame de rasoir « J'ai pensé que la compagnie serait meilleure du côté du bar. Et puis, j'aime bien le challenge. ». Doucement, il s'approche, il cerne la proie, la détaille, la dévore déjà du regard. Gabriel n'aimerait pas être la proie. Il aime dominer toutes les situations. Le sexe est la seule chose qui lui permet de lâcher prise. « J’ai un trou de mémoire, c’est comment déjà son prénom ? » la question est innocente, facile. Pourtant, elle la prend au dépourvu. Il hésite, et une centaine de prénoms féminins s'imposent, pourtant aucun ne semble correspondre. Lea, Mary, Meredith, Ella, Liz, Virginy - quoi qu'elle n'aie pas du tout l'air d'une vierge - Angelica, Jessica, Ash, Amanda, Berenice ... Au hasard, il tente « Gabrielle. ». De toute façon, qu'ont-ils à parler d'elle ? Celle qu'il veut à présent, c'est Faye. Il prend sa main et la caresse. Au passage, il admire ses longs doigts et sa peau blanche et douce. Évidemment, elle essaye de se dégager. Et évidemment, il tient bon. Tu ne t'échapperas pas comme ça ma jolie ... murmurent ses yeux, alors qu'elle se décide enfin à le regarder sans détour « Tu es toujours obligé de faire ça, ce genre de choses. ça m’exaspère, tu m’exaspères. ». Il rit. Première phrase honnête de la soirée, c'est un début. Il le sait, qu'il l'exaspère, et en vérité il adore ça. Une gorgée de boisson, et il repart à l'assaut. La proie, toujours la proie. Il ne la lâche plus. Il a l'impression de lire dans le moindre de ses tressaillements ses désirs les plus cacher et se fait l'effet d'un vampire. Ou d'un psychopathe, au choix. Pourtant, Gabriel n'est pas fou. « Tu t'ennuierais si je ne t'exaspérais pas autant. » affirme t-il. « C'est parce que je te met hors de toi que tu arrives à rester toi même et à ne pas être fausse. Tu as juste peur de perdre le contrôle. ». Il n'a d'yeux que pour elle. Et puis un mensonge, un autre. Étrangement, il trouve les mensonges plus rassurants que la vérité. Faye a l'air mal à l'aise, et il devine l'objet de son agitation. C'est la fille qu'il vient de lâcher sans remord qui la fixe avec colère, comme le font toutes les femmes qui se pensent menacées « Oh puisque tu as autant envie de t’envoyer en l’air, je peux très bien aller trouver cette chère Sasha, et éclaircir la vérité. Bien sur pour ça, il faudrait que tu daignes me lâcher. » déclame la blonde froidement. Il sourit, mais un sourire modéré, patient. Après tout, elle a huit ans de moins que lui. La fougue de la jeunesse, l'insolence, c'est partie intégrante de son caractère. Elle croit encore que tout vient à point à qui sait attendre et entretient toujours de grandes illusions amoureuses. « Pourquoi aller voir ailleurs alors que tu en as autant envie que moi ? » dit il sèchement. Elle l'informe du nom de sa précédente conquête. Sasha ? Vraiment ? Qu'importe. Il illustre ses propos en montant doucement sa main jusqu'à la joue de la jeune femme et demande d'un air séduisant sans lâcher son regard « Et si tu m'embrassais ? ». C'est un ordre déguisé, et il s'empare impérieusement de ses lèvres.
Spoiler:
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
➣ You love me for who I am Like the stars hold the moon Right there where they belong And I know I'm not alone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faye DiLaurentis

avatar

INSCRIT DEPUIS : 26/11/2011
MESSAGES : 68

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   Lun 19 Déc - 21:37

gabriel et faye
Comme à son habitude Gabriel semblait vouloir dominer la situation, le contraire m’eut étonné, c’est dans sa nature : vouloir toujours absolument tout contrôler. D’ordinaire, je suis le genre de femme qui prend les devants, les rênes comme on dit, quand je veux quelque chose je l’obtiens… mais ça, c’est « d’ordinaire ». En présence de Gabriel c’est différent, sa façon de me regarder, de m’effleurer, ou de toucher un point sensible à chaque fois qu’il ouvre la bouche… je pense, qu’il commence à me connaître un peu trop bien, situation qui peut devenir très irritante à certains moments, mais je suppose que c’est l’effet escompté. A mon avis, il a trop prit gout à me titiller. Étrangement, j’ai pour habitude de prendre la fuite – depuis ma désastreuse histoire avec aidan – dès que mon compagnon commence à s’intéresser de trop près à moi, ou lorsque le cap des six mois approche à grand pas, mais avec Gabriel ce n’est pas le cas, car de toute façon, je sais que quoiqu’il arrive il n’y aura jamais rien de plus que du sexe entre nous *. Non, je ne me suis jamais imaginée au bras de Gab’, déjà de un parce que sa vie sentimentale me semble bien compliquée, et que de deux, on se prendrait la tête du matin au soir. Cette pensée me fit sourire, je revois Skeeter le jour où je lui ai sortit ça ; « Quoi ? Tu as seulement deux raisons de ne pas te mettre en couple avec ce type ? Alors de un, c’est certain que sa vie sentimentale est compliquée et elle le deviendra encore plus avec toi dans les parages, et de deux, Faye désolé de te le dire mais tu ne trouveras jamais quelqu’un avec qui tu ne te prendras pas la tête, tu aimes trop ça » m’avait-elle dit, et je dois bien admettre que j’en suis restée bouche bée sur le coup. Depuis ce jour, j’ai décidé de bannir le sujet « gabriel » de nos conversations. Concentrée sur les caresses constantes conférée à ma paume, le regard perdu dans le vide, je ne pris pas tout de suite conscience que Gabriel me fixait intensément, son timbre de voix sensuel m’extirpa de ma rêverie. « Tu t'ennuierais si je ne t'exaspérais pas autant. » affirma t-il. Haussant un sourcil, je plongeai mon regard dans le sien afin de l’inciter à continuer sur sa lancée. Que voulait-il insinuer ? « C'est parce que je te mets hors de toi que tu arrives à rester toi même et à ne pas être fausse. Tu as juste peur de perdre le contrôle. » conclu t-il. Déconcertée, j’entrevis la bouche pour lui répondre, avant de la refermer presque aussitôt. Vient-il vraiment de sous-entendre, que je ne peux lui montrer mon vrai visage sans être irritée, offensée, ou encore exaspérée ? « Donc selon toi, je ne peux être naturelle que si je suis irritée voir exaspérée ? En somme serais-tu en train d’insinuer que le plupart du temps je me montre fausse ? » Répondis-je légèrement blessée. Il me fallait plus d’alcool pour digérer tout ça, d’un geste de la main j’appelai Hector et lui commandai une tequila sunrise. Reprenant contenance, mon visage redevint à nouveau inexpressif, pas question de lui montrer mon trouble, ce serait toucher le fond. Comme je venais de lui soumettre l’idée d’aller à la rencontre de Sasha, sa conquête de la soirée, il objecta sèchement ; « Pourquoi aller voir ailleurs alors que tu en as autant envie que moi ? » Un rire amer s’échappa soudain de ma gorge ; « Comment peux-tu être aussi sûre de ce que tu avances ? » ripostais-je froidement, avant de reprendre place sur le tabouret. C’est fou ça ! Si seulement il était au courant de l'envie qu'il me prenait de l'étrangler ! D’ailleurs, pour toutes les fois où j’ai pensé lui foutre mon poing dans sa gueule d’ange, il faudrait que je le fasse au moins une fois un de ces jours, ça me soulagerait. C’est alors que j’étais en train de me faire cette réfléxion, qu’il effleura mon visage de sa main libre, avant de s’approcher dangereusement de moi et de déclarer sur un ton autoritaire ; « Et si tu m'embrassais ? » Sans même avoir eu le temps d’ajouter quelque chose, ou encore de manifester mon refus, Gabriel s’empara de mes lèvres. Désorientée, il me fallut quelques secondes avant de prendre conscience de ce qu’il était en train de se produire. Mon premier réflexe, ma première idée, fut de repousser mon assaillant, mais à quoi bon conclus-je rapidement, il aura toujours le dessus. M’abandonnant à mes désirs, je goutai à la perfection des lèvres du peintre, laissant vagabonder mes mains le long de son torse, irritée par ce bout de tissu qui me séparait de sa peau… Rassemblant le peu de courage et de dignité qu’il me restait, je pris finalement l’initiative de détacher mes lèvres des siennes, les laissant glisser vers le creux de son oreille afin de lui chuchoter sensuellement : « désolé, je ne suis pas d’humeur ce soir » mensonge pensais-je, avant de le repousser pour de bon à l’aide de ma main posée sur son torse. Rapidement, je bu une grande gorgée de ma téquila sunrise afin de me « remettre » les idées en place, et repris la parole, tout en lui désignant un groupe de filles au loin ; « de plus je suis venue avec des… amies ce soir… » je laissai quelque secondes ma phrase en suspend, observant la réaction de Gabriel, avant d’ajouter le sourire aux lèvres ; « Oh et puis tu tombes au mauvais moment, je viens tout juste d’adhérer à leur club de chasteté ! » Puisque qu’on était partit dans le mensonge ce soir, autant en profiter, même si j’émet certains doute sur ma crédibilité.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE   

Revenir en haut Aller en bas
 

▽ IT'S A LITTLE BIT FUNNY THIS FEELING INSIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Assassin's SMS so funny
» Bonne Mardi
» Funny magis show
» Ventilation URSSAF - Mystère Urssaf
» Poêmes page 1
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fymanly :: light of sydney's town :: Restoration :: Ivy Lounge-