Merci à tous pour votre inscription Bientôt une intrigue et le retour de la guerre des groupes qui avait fait succès lors de la première version. Aussi, les groupes free as a bird et little jackass with bulldog sont fermés à partir d'aujourd'hui, jusqu'à nouvel ordre.

Partagez | 
 

 
GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louie Warholls

avatar

INSCRIT DEPUIS : 07/12/2011
MESSAGES : 54

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Mer 14 Déc - 21:52

Louie s'observait dans le miroir de la salle de bain, ignorant les jérémiades d'Emma derrière la porte. Son coeur battait fort dans sa poitrine, et il avait la désagréable impression d'avoir dix-sept ans, comme s'il se rendait à son premier rendez-vous. Or, ce n'était pas le cas. Alors pourquoi l'angoisse ravageait ainsi ses tripes ? Oh, il savait bien pourquoi. Il revoyait le sourire un poil moqueur de son collègue, ses yeux constellés de paillettes d'or, son allure hautaine et pourtant incroyablement séduisante. Louie avait beau savoir d'avance qu'il se jetait dans la gueule du loup, qu'il allait passer sa soirée en compagnie d'un coureur de jupons – plutôt de pantalons – en vérité, il ne pouvait pas empêcher son petit coeur de battre trop fort à chaque fois qu'il pensait à Zadig. C'était stupide. Il n'avait rien de spécial, il n'allait peut-être – sûrement – rien se passer entre eux et c'était simplement un rendez-vous entre « collègues ». C'était ce dont il essayait de se convaincre tandis qu'il enfilait un tee-shirt noir près du corps, troquant ses habituelles chemises contre quelque chose de plus détendu. On était vendredi soir, après tout. « LOUIE ! Qu'est-ce que tu fous, bon sang ? » La voix de sa soeur lui parvint à travers la porte, plus fort que les autres fois, signe qu'il fallait qu'il fiche le camp dare-dare. Se rafraîchissant une dernière fois le visage, il finit par ouvrir la porte. « Ouuuuh ! Louie, qu'est-ce qui t'arrives ? Pourquoi tu t'es fait si beau ? » Lou leva les yeux au ciel. Voilà exactement pourquoi il aurait voulu éviter sa soeur et son meilleur ami ce soir. Pour éviter ce genre de questions gênantes, auxquelles il n'avait absolument pas envie de répondre. De toute façon, ce n'était pas un 'vrai' rendez-vous. « Pour rien du tout. Un collègue m'a invité à prendre un verre. » grommela-t-il en quittant la salle de bains et en allant prendre son blouson. Ses mains tremblaient légèrement tandis qu'il l'enfilait. « Un collègue, bien sûr ... » fit Emma sournoisement. Louie lui jeta un regard noir, et glissa son portable dans sa poche. « Je ne veux pas en parler. » dit le jeune homme. Le sourire d'Emma s'agrandit. « Héhé ... Prends tes clés, au cas où tu ne rentrerais pas ce soir ... Et bonne soirée, frangin ! » entendit-il tandis qu'il claquait la porte de l'appartement et qu'il prenait la direction du Springsteen où Zadig lui avait donné rendez-vous. L'air frais du soir qui tombait sur Sydney le fit frissonner et il pressa le pas. Il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pas fait ce genre de choses, se préparer, s'habiller, tout ça dans l'espoir de plaire. Il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pas plu à quelqu'un ... Rapidement, il chassa cette idée de sa tête. Ce 'rendez-vous' qui n'en était pas vraiment un – du moins, essayait-il de s'en persuader – ne mènerait très certainement à rien et il ne devait pas se faire de films. De toutes façons, il n'avait pas le temps pour une relation – encore quelque chose dont il essayait courageusement de se dire qu'elle était vraie. Le jeune homme finit par pousser la porte du Springsteen. L'ambiance, comme d'habitude, était chaleureuse et vivante. Après quelques minutes de recherche, il finit par trouver Zadig qui l'attendait à une table. Lou jeta un coup d'oeil angoissé à sa montre – non, ça va, il n'était pas trop en retard ... Il s'approcha de la table et lança donc un « Bonsoir ! » assuré. Mon Dieu, ce que Zadig était beau. Absolument son type d'homme. Absolument le genre de pensées qu'il devait bannir, aussi. Lou se contraignit pourtant à sourire. « Désolé, j'ai une soeur qui a tendance à envahir un peu la salle de bains. » Lou ôta son blouson et s'assit en face de son collègue, se forçant à ne pas détailler chaque infime partie de son visage pour ensuite se le repasser comme un film dans ses pensées les plus secrètes. C'était un collègue. Un collègue, un dragueur, un séducteur, un coureur de pantalons, le genre d'homme dont il fallait se méfier. « Alors ... Vous ... Tu as déjà commandé ? C'est moi qui offre, pour me faire pardonner de la dernière fois. » Lou avait opté pour le tutoiement – après tout, ils seraient forcément amenés à se revoir donc autant le faire tout de suite. Le jeune homme sourit une nouvelle fois à son collègue, un poil plus à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Hastings

avatar

INSCRIT DEPUIS : 10/12/2011
MESSAGES : 64

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Jeu 15 Déc - 11:29

Zadig pour une fois se trouvait seul dans son grand appartement du quatrième étage. Aujourd’hui était un jour presque comme les autres pour un séducteur de sa trempe. Il avait plusieurs dizaines de dizaine de conquêtes à son actif et ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Ce collègue nommé Louie ne ferait que rallonger la liste, comme à chaque fois. Il ne prit pas vraiment beaucoup de temps à se préparer, son charme naturel avait déjà opéré sur le jeune homme, et il le considérait déjà presque comme dans son lit. Zad n’avait jamais eu de relation sérieuse avec n’importe quel homme que ce soit, et ce n’est pas parce que celui-ci avait le béguin pour lui qu’il allait se lancer dans une telle histoire. D’ailleurs, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure que ce bel âtre d’avocat avait succombé à sa personne, mais pour le moment, cela semblait loin d’être réciproque. Enfin, il se vêtit d’un pantalon noir et d’une chemise toute simple blanche, brossant un peu ses cheveux, donnant un effet coiffé-décoiffé qu’il aimait tant. Zadig se regarda dans le grand miroir qui surplombait le lavabo et fut satisfait de son apparence au vu du sourire qui marquait son beau visage. Il se parfuma ensuite légèrement avant de sortir de la salle de bain. Avant de partir, il vérifia les messages sur son répondeur, tout en enfilant un pull gris très sobre. Comme bien souvent, la voix de la secrétaire du cabinet d’avocat se fit entendre pour lui rappeler les affaires en cours. Zad n’y porta pas beaucoup attention, enfila son long manteau alors que le téléphone arrivait à la fin des messages et s’arrêta. Le trentenaire salua son toutou Winnie d’une caresse sur la tête, et le beau Golden fouetta l’air de sa queue comme il le faisait si bien. Zaddy ramassa son blackberry qui se trouvait sur la table basse et dont il ne se séparait jamais, prit ses clefs et sortir enfin de l’appartement. Une fois dehors, il se dirigea vers le The Springsteen où il avait donné le rendez-vous. Zadig avait trouvé que c’était un chouette endroit pour un premier rencart, le problème avec lui, c’est que bien souvent, c’était aussi le dernier. Zadig, un briseur de cœur ? Sûrement, mais il n’y pouvait rien, il n’arrivait pas à se fixer plus de deux nuits avec le même gars. Zaddy regarda sa très belle montre qu’il avait pu se payer grâce à son salaire d’avocat renommé. Comme toujours, il était en avance, il faut dire que Zadig déteste être en retard. Zad rentra dans le bar où il y avait une bonne ambiance, et il fut accueilli comme un habitué de la maison. Il faut dire que Zadig y emmenait presque toutes ses conquêtes avant de les passer à la casserole, les unes après les autres. Il s’installa à l’une des meilleures tables et entendit le fameux Louie, qui se fit un peu attendre. Un quart d’heure plus tard, ce-dernier arriva. Il le salua et Zadig lui rendit la pareille et lui faisant signe de s’asseoir. Puis, celui-ci ajouta : « Désolé, j'ai une soeur qui a tendance à envahir un peu la salle de bains. » Zadig souria, il voyait bien que Louie n’était pas vraiment à l’aise. Pour détendre quelque peu l’atmosphère il répondit : « Je comprends tout à fait, j’ai moi aussi une petite sœur qui monopolise la salle de bain ! » Louie était apparemment troublé car il passa soudainement du vouvoiement au tutoiement, mais Zadig ne releva pas, ne voulant en aucun cas le mettre dans l’embarras, bien au contraire. « Alors ... Vous ... Tu as déjà commandé ? C'est moi qui offre, pour me faire pardonner de la dernière fois. » Zadig s’empressa alors de dire : « Oh non, c’est moi qui t’es invité, c’est à moi de te l’offrir. Et puis tu sais, des costumes, j’en ai des tas, un de plus un de moins …» Il y eut un petit moment de flottement avant que Zadig n’enchaîne : « Alors, tu veux quoi ? » Il lui fit son plus beau sourire de séducteur et appela l'un des serveurs pour passer la commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louie Warholls

avatar

INSCRIT DEPUIS : 07/12/2011
MESSAGES : 54

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Jeu 15 Déc - 17:06

« Alors ... Vous ... Tu as déjà commandé ? C'est moi qui offre, pour me faire pardonner de la dernière fois. » Louie haussa légèrement les sourcils. Maintenant qu’il était assis en face de Zadig, qu’ils étaient absolument sur le même plan d’égalité, il se sentait mieux, plus à l’aise, et surtout, prêt à faire face. L’alcool noierait ses derniers soupçons d’angoisse, de toute façon, et il montrerait à Zadig qu’il n’était pas un garçon facile, et d’ailleurs, pas un garçon qu’il pourrait mettre dans son lit tout court. « Alors, tu veux quoi ? » Lou passa rapidement la carte en revu et son regard s’arrêta la caipirinha. « Très alcoolisé » mentionnait la légende en-dessous du cocktail. Parfait, exactement ce dont il avait besoin. « Une cai, s’il vous plaît. » fit-il au serveur qui prit aussi la commande de Zadig. Le serveur disparut dans la foule mouvante qui se pressait dans le bar et ils furent de nouveau tous les deux. Le sourire de Zadig ne lui échappa pas. Et tout aussi sexy qu’Hastings était, Louie ne pouvait s’empêcher de noter une certaine similitude entre le bel avocat et son dernier ex. Peut-être était-ce son imagination qui lui jouait des tours, mais … Son ex avait aussi ce même genre de sourires : le sourire du type qui se pense irrésistible et qui croit que tout lui est dû. Lou se promit de ne pas tomber dans le piège. S’il échouait une fois, il échouerait toutes les autres fois. Et il ne voulait pas donner à Zadig la satisfaction d’avoir réussi son coup. Lou avait suffisamment souffert lors de sa dernière rupture et il ne laisserait pas Zadig enfoncer le couteau dans la plaie. Même s’il était indéniable qu’Hastings lui plaisait, malgré son sourire charmant, et toutes les autres raisons qu’il y aurait pu avoir. Mais en revanche, il était tout à fait disposé à se lier d’amitié avec le nouvel avocat. Le serveur apporta rapidement ce qu’ils avaient tous deux commandé, et Lou leva légèrement son verre, pour trinquer. « A ce vendredi soir bien mérité. » fit-il avec un sourire. Il faisait allusion à la semaine éreintante qu’ils avaient au cabinet, à croire que tout le monde avait décidé de divorcer en même temps et que toutes les entreprises avaient licencié frauduleusement tous leurs employés au même moment. Du coup, le cabinet était assailli de demandes de dossiers. Lou but une gorgée de sa cai et la boisson lui brûla agréablement la gorge. Il ne buvait pas souvent de l’alcool, et une tiédeur agréable se diffusa dans tout son corps. « Même si je suppose que ce n’est pas pour parler boulot que tu m’as invité ici, n’est-ce pas ? » ajouta-t-il avec un léger sourire, presque narquois. Lou but une nouvelle gorgée de sa cai. Il ne savait pas trop à quoi il jouait, peut-être voulait-il tester ses propres limites ? C’était possible, voire probable. Il y avait longtemps qu’il ne s’était pas retrouvé dans cette position de ‘désiré’ … Il avait envie de jouer un peu avec Zadig, de l’éprouver, de voir qui il était vraiment et s’il avait le cran d’assumer ce que ce rendez-vous sous-entendait par la suite. Peu à peu – et bien plus vite qu’il ne l’aurait cru – Lou retrouvait ses marques. Finalement, la drague, c’était comme le vélo ou le piano, ça ne s’oubliait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Hastings

avatar

INSCRIT DEPUIS : 10/12/2011
MESSAGES : 64

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Ven 16 Déc - 23:17

Zadig sentit quelque peu le vent tourner, que Louie ne lui rendrait pas la tâche aussi facile qu'il l'avait présagé. Pourtant, il était presque sûr de lui plaire, de l'intriguer. Et puis, Zad n'était pas du genre à se laisser abattre. Avec son bel associé, il avait décidé de jouer le loup déguisé en agneau, montrant patte blanche à sa proie pour mieux la dévorer tout cru. Quoiqu'il en soit, quand le serveur vint prendre leur commande, Zadig, en bon habitué n'eut même pas à jeter un œil à la carte pour savoir ce qu'il allait prendre. « Un cosmopolitan s'il te plait. » L'homme nota sur son calepin leurs boissons et partit en direction d'une autre table. Il faut dire que ce soir là, il y avait un monde fou dans le petit bar. Louie lui parut moins naïf que le premier jour où il l'avait rencontré et il finit par se dire qu'il n'était peut-être pas prêt à lui tomber dans les bras, qu'avant, il faudrait un peu le cuisiner. Enfin, peu importait pour le grand tombeur Hastings qu'il était, il aimait qu'on lui donne du fil à retordre, il n'en savourait que d'avantage sa victoire. Cependant ce vendredi, il eut vraiment l'impression que mister Warholls ne se laisserait pas attendrir aussi facilement que prévu. Zad était d'un naturel assez sûr de lui, et était toujours parvenu à ses fins quand il s'agissait de passer une nuit bien accompagnée. Le serveur courait partout, il semblait débordé mais arriva avec les deux verres d'alcool à la table des deux jeunes hommes. Lou leva son verre à ce jour qui marquait le début du week-end pour les deux avocats, et la clôture de plusieurs gros dossiers bien barbants. « A ce vendredi soir bien mérité. » dit Louie avec un sourire qui n'échappa en rien à Zadig. Il leva alors son verre pour trinquer et répéta : « A ce vendredi soir bien mérité. » Le trentenaire commença alors à boire, comme s'il s'agissait d'eau. Il faut dire qu'à force de sortir boire un verre avec ses nombreuses conquêtes, il avait prit l'habitude et tenait donc plutôt bien l'alcool. Puis, alors qu'il reposait son verre après une première gorgée du liquide, Lou demanda : « Même si je suppose que ce n’est pas pour parler boulot que tu m’as invité ici, n’est-ce pas ? » Zadig se sentit soudain un peu grillé, cette phrase voulait-elle dire qu'il savait où il voulait en venir ? Mister Hastings n'avait pas l'intention de se laisser abattre, et était plus déterminé que jamais, aller savoir pourquoi. Zad prit son air détendu, lui lança à nouveau un petit sourire bien évocateur et répondit : « Non, en effet, sinon je serais venu te parler d'un dossier bien chiant autours de la photocopieuse en buvant un café. Bon, je sais, ça fait un peu cliché, mais c'est ce que j'aurais fait au boulot. » Zadig essaya de détendre un peu l'atmosphère, car Louie paraissait sur ses gardes, prêt à se rétracter au moindre faux pas de la part de Zad. Zadig essayerait alors de l'apprivoiser comme on le fait avec un animal sauvage craintif, tout en douceur, afin que toute méfiance disparaisse. Et puis, l'alcool finirait sûrement par faire le reste. Zad enchaîna ensuite : « Bon, arrêtons de parler travail et profitons de ces deux jours de repos bien mérité qui s'offrent à nous ! » Il avala une nouvelle gorgée de son cosmo et reprit : « Alors comme ça tu as une sœur !? Et elle habite avec toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louie Warholls

avatar

INSCRIT DEPUIS : 07/12/2011
MESSAGES : 54

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Lun 19 Déc - 12:59

« Non, en effet, sinon je serais venu te parler d'un dossier bien chiant autours de la photocopieuse en buvant un café. Bon, je sais, ça fait un peu cliché, mais c'est ce que j'aurais fait au boulot. » Mais bien sûr. Une photocopieuse pouvait servir à beaucoup de choses, et pas qu'à reproduire des dossiers rébarbatifs, il en avait fait la délicieuse expérience lors de son premier stage dans un cabinet d'avocats ... Mais l'heure n'était pas aux souvenirs d'adolescence endiablés du jeune juriste. Lou ne put retenir un petit sourire qui répondit à celui de Zadig, terriblement sexy d'ailleurs, et but une autre gorgée de sa cai, qui lui chauffait agréablement tout le corps. « Bon, arrêtons de parler travail et profitons de ces deux jours de repos bien mérité qui s'offrent à nous ! » Lou n'aurait pas mieux résumé la chose. Il attendit que Zad relance la conversatio néanmoins pour répondre. « Alors comme ça tu as une sœur !? Et elle habite avec toi ? » C'était un début. Un petit début, certes, mais un début tout de même, et Lou décida de ne pas laisser passer sa chance de taquiner un peu Zadig. "Oui, j'ai une soeur. On habite ensemble depuis toujours." Il marqua une petite pause, savourant d'avance la petite blague qu'il allait faire à son nouvel associé alors qu'il arborait un visage tout à fait normal, presque neutre. "Mais je n'habite pas qu'avec elle. Je partage mon appartement avec un autre homme." Il laissa le silence planer pendant quelques instants, assez que Zadig se fasse tout un tas d'idées sur la nature des relations qu'il entretenait avec cet homme mystérieux. Après tout, monsieur Warholls n'était peut-être pas aussi sage et lisse qu'il n'y paraissait, n'est-ce pas, Hastings ? Se décidant à mettre fin aux questionnements sans fin dont le malheureux Zadig devait être la victime, il reprit avec un petit sourire. "Je me demande bien ce qui t'est passé par la tête. Ne te fais pas d'idées, c'est mon meilleur ami et à mon grand regret, ça n'a jamais été que platonique entre lui et moi ... Il ne sait pas ce qu'il rate." fit-il en soupirant avec exagération, mais gardant toujours son sourire malicieux. Oui, il avait été amoureux de Brent un moment mais ça n'avait duré que peu de temps. Et de toutes façons, ça n'aurait jamais collé entre eux. Il plongea son regard dans celui de Zadig. "Et toi ? Tu vis seul, je suppose ?" Il ne voyait pas Zadig s'encombrer d'un quelconque colocataire qui pourrait nuire à sa vie sexuelle si remplie. Ramener une conquête différente tous les soirs était plutôt incompatible avec une vie de famille, du moins, c'était l'avis de Lou et c'était pour ça aussi qu'il ne ramenait jamais personne chez lui - contrairement à Emma, qui faisait défiler les hommes et les livreurs de restauration rapide au fur et à mesure de ses rendez-vous. Elle finirait par mieux connaître le type du restau chinois que tous les mecs à qui elle donnait rendez-vous ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Hastings

avatar

INSCRIT DEPUIS : 10/12/2011
MESSAGES : 64

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Lun 19 Déc - 21:24

Il laissa alors à ce bel âtre de Warholls le temps de répondre à sa question, laquelle en appelait d'autres. Et Louie ne se fit pas prier, et essaya apparemment de torturer Zadig. Comme avait pu le comprendre Zad, celui-ci avait donc bel et bien une sœur avec laquelle il vivait depuis toujours, ce qui signifiait que son séduisant collègue n'avait sûrement pas ramener beaucoup de conquêtes à la maison. A vrai dire, ce ne surprit pas Zadig qu'il lui avoue habiter avec l'un des membres de sa famille. Ce qui faillit le faire étouffer avec son cosmopolitan, ce fut plutôt ce qui suivit : « Mais je n'habite pas qu'avec elle. Je partage mon appartement avec un autre homme.» Zadig avala sa boisson de travers mais tenta de faire comme si de rien n'était. Lui ? En couple ? Il le voyait plutôt sage, coincé et du genre à rester des mois avec le mec mec, mais quand même ! Il était persuadé qu'il était célibataire tout comme lui. Son intuition lui aurait-elle fait défaut pour une fois ? Des tonnes de questions défilèrent dans son esprit et il regarda Louie d'un air interrogateur. Maintenant, il mourrait d'envie d'en savoir plus. De puis combien de temps était-il avec lui, comment s'étaient-ils rencontrés ? Zadig se demanda alors pourquoi bien qu'il soit déjà casé, Warholls avait accepté son inviation. Si c'était pour le ridiculiser et le mener en bateau, c'était réussi ! Soudain, Zad se sentit prit au piège, dans son propre jeu, et un peu en colère d'avoir été si naïf. Finalement, il s'était peut-être trompé au sujet de Warholls. Cependant, il fut soulagé quand Lou ajouta, sourire aux lèvres : « Je me demande bien ce qui t'est passé par la tête. Ne te fais pas d'idées, c'est mon meilleur ami et à mon grand regret, ça n'a jamais été que platonique entre lui et moi ... Il ne sait pas ce qu'il rate.» Zadig était tout à coup beaucoup plus rassuré, mais il détesta le jeune avocat d'avoir joué ainsi avec ses nerfs. Il imaginait Louie bien trop fidèle pour avoir un amant, et il n'aurait alors jamais pu le faire sien, même pour une nuit s'il avait déjà quelqu'un dans sa vie, il en aurait mis sa main à couper. Le beau brun enchaîna ensuite, voyant que Zad était un peu perturbé par ses paroles : « Et toi ? Tu vis seul, je suppose ?» Zadig bu une autre gorgée de son verre comme pour se donner du courage et répondit : « En effet je vis seul. Je ne m'en plains pas, j'aime être libre, et quand tu vis avec d'autres personnes, il y a toujours certaines règles à respecter.» En réalité, cela lui permettait de ramener qui il voulait quand il voulait, ce qui était plutôt pratique pour quelqu'un qui changeait d'homme comme de chemise. Mais ça, il n'allait pas le dire immédiatement à Louie, bien qu'il lui semblait que ce dernier l'avait déjà pas mal cerné. Il ne voulait pas l'effrayer, surtout maintenant qu'il le savait libre comme l'air. Zadig continua ensuite sur sa lancée : « Je ne vis pas totalement seul non plus, mon chien Winnie est là pour me tenir compagnie. Il est un peu comme ton meilleur ami pour toi.» Hastings tenait à son Golden Retriever comme à la prunelle de ses yeux, il en était très fier. Il l'avait depuis tout petit et très rapidement étaient devenus inséparables. Le matin, le gros toutou avait pris la manie de le réveiller à grand coups de langue, et de tirer le drap quand il mettait trop de temps à se lever d'après lui. Un animal d'une intelligence extraordinaire, et le seul être vivant auquel Zad s'était attaché ces dernières années. Plutôt pathétique. Les conquêtes avaient défilé mais l'avocat n'avait pas réussi à se poser avec une seule et même personne, et son chien était la seule chose qui faisait parti de son quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louie Warholls

avatar

INSCRIT DEPUIS : 07/12/2011
MESSAGES : 54

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Mar 20 Déc - 21:38

Satisfait du petit effet qu’il avait obtenu, Louie savait pourtant qu’il fallait rester sur ses gardes. « En effet je vis seul. Je ne m'en plains pas, j'aime être libre, et quand tu vis avec d'autres personnes, il y a toujours certaines règles à respecter.» Louie ne pouvait qu’approuver, et pourtant, on ne pouvait pas dire que sa vie en compagnie de Brent et Emma soit très ordonnée. En fait, c’était plutôt un bordel monstrueux, entre Google, son chaton qui ne cherchait qu’une chose : manger Bob, le poisson rouge appartenant à Brent, les tâches ménagères, la cuisine à faire, les chemises à repasser et le savon qui manquait sans cesse, sans parler des factures qui restaient parfois impayées pendant plusieurs semaines parce que l’un ou l’autre avait oublié de la punaiser sur le grand panneau de la cuisine. Mais au fond, cette vie bohème avait quelque chose d’agréable que Louie n’aurait troqué contre rien au monde, pas même un appartement toujours propre et bien rangé. Leur bordel avait quelque chose de vivant, et c’était ça qui lui paraissait le plus important. « Je ne vis pas totalement seul non plus, mon chien Winnie est là pour me tenir compagnie. Il est un peu comme ton meilleur ami pour toi.» Louie le regarda un instant, puis ne put s’empêcher d’éclater de rire. L’image de Zadig passant seul ses soirées avec son chien contrastait complètement avec l’attitude désinvolte et sexy du bel avocat. « Tu ne vas pas me faire croire que Zadig Hastings passe ses soirées à regarder des téléfilms bidons, avachi sur son lit, en compagnie de son chien, non ? » Parce que là, c’était vraiment l’impression que Louie avait ... Même s’il savait que ce n’était pas vrai. Il n’était ni extra-lucide, ni devin. Zadig lui en avait tout simplement donné la preuve lui-même. « Parce que pour quelqu’un qui me propose un rencard alors qu’on se connaît à peine, ça me paraîtrait bien sage, monsieur Hastings. » fit Louie en noyant son sourire narquois dans une gorgée de sa caipirinha. Bon d’accord, il taquinait Zadig mais après tout, pourquoi pas ? L’alcool l’aidait à se détendre et puis tant pis, après tout, depuis combien de temps n’avait-il pas profité d’une soirée ? Il avait le droit de s’amuser un peu ... Bien sûr, il ne pensait pas encore aux conséquences que cela pourrait avoir. Il s’amusait trop pour ça, et puis décidément, la carte ne manquait pas, la cai était trop alcoolisée et révélait le côté joueur de Louie. Pour le meilleur, mais peut-être aussi pour le pire ... « A moins, bien sûr, que je ne me trompe totalement sur ton compte. » lança finalement Louie en se mordillant légèrement la lèvre inférieure, le regard malicieux. Il fit tourner son verre entre ses doigts. Le verre n’était pas tout à fait vide, mais presque ... Il faudrait bientôt de nouvelles munitions. Ou peut-être pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Hastings

avatar

INSCRIT DEPUIS : 10/12/2011
MESSAGES : 64

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   Mer 21 Déc - 10:30

« Tu ne vas pas me faire croire que Zadig Hastings passe ses soirées à regarder des téléfilms bidons, avachi sur son lit, en compagnie de son chien, non ? » Non, il avait raison, Zadig regardait rarement le petit écran. Hastings passait plus son temps à plancher sur ses nouveaux dossiers ou à ramener de nouvelles conquêtes avec lesquelles il pourrait passer une agréable soirée avant de les mettre à la porte. « Parce que pour quelqu’un qui me propose un rencard alors qu’on se connaît à peine, ça me paraîtrait bien sage, monsieur Hastings. » Zad ne répondit rien, se contentant d'afficher un sourire en coin qui en disait long. Louie jouait avec le feu ce soir-là, et s'il cherchait Zadig, il se pourrait bien qu'il le trouve plus vite qu'il ne l'aurait imaginé. Il laissa Lou s'interroger sur sa véritable identité, et celui-ci reprit : « A moins, bien sûr, que je ne me trompe totalement sur ton compte. » Le petit jeu de Warholls n'échappa pas au beau trentenaire. Les regards que lui lançait Louie en disaient long, et puis, bientôt, il faudrait s'en aller, leurs verres étant presque vides. En fait, Zad avala d'une traite ce qu'il restait de son cosmo et dit à Louie d'un air amusé : « Si tu veux savoir qui je suis vraiment, tu n'as qu'à venir le découvrir par toi-même. Les apparences sont parfois trompeuses, qui sait ? » Maintenant, plus grand chose ne retenait Zadig au Springsteen. Il regarda sa montre, cela faisait plus d'une heure que lui et son charmant collègue étaient assis à la même table, et il pensa qu'il était temps de passer à la vitesse supérieure. Il se leva, remit son manteau, et attendit que Louie en fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

GIMME A MAN AFTER MIDNIGHT. (r.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» For the Birthday of My dady ( my english is pitoyable )
» Mariposa d'Urban Decay
» MAC Stroke of Midnight Collection for Holiday 2013
» Marion COTILLARD
» [Décembre 2013] My Little Box "Midnight Box"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fymanly :: light of sydney's town :: Restoration :: the springsteen-