Merci à tous pour votre inscription Bientôt une intrigue et le retour de la guerre des groupes qui avait fait succès lors de la première version. Aussi, les groupes free as a bird et little jackass with bulldog sont fermés à partir d'aujourd'hui, jusqu'à nouvel ordre.

Partagez | 
 

 
▽ THE GHOST OF THE PAST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faye DiLaurentis

avatar

INSCRIT DEPUIS : 26/11/2011
MESSAGES : 68

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: ▽ THE GHOST OF THE PAST    Lun 5 Déc - 21:09

AIDAN et faye
Je trépignai d’impatience dans la file d’attente du «The 3 steps café », mon estomac se nouant de secondes en secondes et mes paupières luttant de plus en plus contre le manque de sommeil. Il me fallait absolument ma dose de caféine si je voulais boucler mon article et par la même occasion éviter de sombrer au bureau, Mylène –ma patronne- m’aurait sûrement privée de pause si seulement elle se doutait du retard considérable que j’avais pris. Pour une raison qui m’échappe encore, je n’arrive plus à fermer l’œil de la nuit, si mes paupières osent se fermer quelques secondes le chat à le malheur de ronfler, mon portable vibre suite à l’arrivé d’un sms-publicité, Skeeter décide de se faire un casse-croute, la vieille du dessus met sa télé à fond, et autres… C’est décidé, ce soir je vais prendre des somnifères, quitte à devenir accro, autant que ce soit à cela plutôt qu’à autre chose. Suivant le mouvement, j’avançai de deux pas dans la file. Pourquoi les habitants de Sydney ont-ils choisis ce jour pour se donner rendez-vous, ici ? Moi qui me suis dit qu’en prenant ma pause plus tard j’éviterai la foule, c’est raté ! De plus, la climatisation doit sûrement être en panne, il fait une chaleur monstre dans ce café ! D’un geste de la main j’essuyai quelques perles de sueur s’échappant de mon front, et me servit de l’élastique autour de mon poignet afin de me faire une queue de cheval à la va vite. Je m’en voulu tout à coup d’avoir mis des habits aussi « chauds » pour aller travailler, mais je ne pouvais tout de même pas me pointer en short et débardeur au travail, ça aurait été mal vu. D’un geste brusque, je fis glisser ma veste de tailleur noire sur mes épaules, laissant ainsi apparaître mon tee-shirt vert pomme, et l’enlevai, donnant au passage un coup au beau métis se trouvant derrière moi. Je laissai échapper un faible « excusez-moi », auquel il répondit par un sourire charmeur. Il ne veut pas me payer mon café celui-là ? J’avoue être ce mois-ci un peu à court, je n’aurais peut-être pas du m’offrir cette montre gucci hors de prix, mais comme disait ma mère ; « il faut bien se faire plaisir de temps en temps ». Hop, deux pas de plus. C’est moi ou le temps s’écoule de plus en plus lentement ? Ma patience à des limites tout de même, et si je mimais un évanouissement, ou une chute de tension ? J’aurai peut-être le droit à un coca-cola gratuit, c'est déjà ça. J’étais en train de songer à une technique plus rapide que de faire la file, quand un stupide adolescent aux airs de voyou osa me dépasser. Il se prend pour qui cet imbécile ? Vivement, je lui tapai deux coups secs sur l’épaule afin d’attirer son attention. « On ne t’a jamais appris les bonnes manières ? Sors de là et retourne faire la file comme tout le monde si tu ne veux pas avoir à faire à moi et crois-moi, tu ne le veux pas ! » Subjugué par ma prestance – ou pas -, il ne résista pas plus longtemps et s’en alla aussi vite qu’il était venu. Bizarrement, et à la fois tant mieux, ce petit incident fit considérablement passer le temps et quelle fut ma surprise quand je compris que c’était enfin mon tour. Enfin ! « Un café au lait sans sucre s’il vous plait, et une brioche. » demandais-je en tendant un billet à la serveuse. Trois plombes plus tard, la rouquine me présenta ma commande avant de me demander de vouloir patienter encore un peu. « Gardez la monnaie ! » lui lançais-je avant de pratiquement m’enfuir avec ma commande en comprenant que la nouvelle, en plus de ne pas savoir se servir de la machine à café, ne savait pas non plus comment se servir d’une caisse enregistreuse. Continuant sur ma lancée, tête baissée, je ne pris pas tout de suite conscience que je n’étais pas seule sur terre et entrai en collision avec un homme, heureusement, j'eus le réflexe de lâcher ma brioche afin de rattraper de justesse mon café, ce qui minimisa les dégats. « Merde, c’est pas vrai je suis maudite ! » m’exclamais-je avant de lever la tête vers l’inconnu… Je déglutis et descendit rapidement de mes grands cheveux en me rendant compte de l’homme qui me faisait face, j’allais même jusqu’à en oublier ma pauvre brioche étalée sur le sol. « C’est pas vrai Aidan qu’est-ce que tu ffiches ici ? » lui demandais-je sans une once d’hésitation. Cela faisait peut-être huit ans que je ne l’avais plus vu mais je l’aurais reconnu entre mille, même yeux, même regard, même prestance… à la différence qu’il me parait encore plus beau que dans mes souvenirs. Oui, c’est bien le briseur de cœurs, MON briseur de cœur. « Enfin je veux dire, je t’imaginais plutôt à mille lieu d’ici, au détour d’une rue, à moitié drogué, en train de sniffer de la cocaïne. » me repris-je. Bon d’accord, ce n’est pas très aimable, mais voilà maintenant presque huit ans que j’ai préparé un lot d’insultes et de phrases cinglantes en son honneur, il faut bien que je commence à les déballer. « Bref, de toute façon, je dois y aller. » dis-je précipitamment, en espérant qu’il ne me barre pas la route.


Dernière édition par Faye DiLaurentis le Mar 13 Déc - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Mcpherson

avatar

INSCRIT DEPUIS : 03/12/2011
MESSAGES : 46

MessageSujet: Re: ▽ THE GHOST OF THE PAST    Jeu 8 Déc - 15:26

Aidan était allé dans son café habituel comme pour se réveiller. Un peu le considéré comme un accro de la caféine ce qui est déjà mieux que d'être accro à la cocaïne. C'est vrai Aidan savait que Faye était dans cette ville, mais il ne s'attendait pas à la croiser si rapidement. Ce n'était pas la première fois qu'il l'apercevait seulement cette fois-ci Faye l'avait remarqué. Aidan n'arrivait pas à savoir si c'était ou non une bonne chose. Elle semblait tellement confuse et en colère qu'il avait l'impression de tout gâcher. Peut-être que la revoir était une erreur, elle l'avait sûrement oublié ou alors elle le détestait. Malgré tout Aidan voulait en savoir plus. « Tu as l'air d'aller bien ! » Lui rétorqua Aidan essayant tant bien que mal d'entamer la conversation. Il savait très bien que Faye n'avait qu'une envie c'était de partir en courant et de ne jamais le revoir. C'est d'ailleurs ce qui lui faisait le plus de mal. Aidan n'était pas insensible à Faye après tout il l'a considérait comme l'amour de sa vie même après tout ce temps. A ce moment précis, Aidan aurait aimé pouvoir changer le passé, mais il savait pertinemment que c'était impossible. Faye le détestait et tout ce qu'il voulait c'était qu'elle le déteste un peu moins. « J'habite ici .. » Lui avoua Aidan. Maintenant c'était sur la jeune femme ne l'avait pas remarqué la dernière fois. Visiblement elle semblait très énervée de le voir comme si sa rancune était toujours présente après huit ans. Aidan quant à lui était plutôt gêné et ne savait pas vraiment quoi dire. Il avait attendu ce moment pendant tellement longtemps qu'arrivé au but c'était comme si rien ne voulait sortir. « Je l'ai mérité .. » Continua Aidan. Cela lui faisait mal que Faye pense directement qu'il n'est pas eu la force de changer alors que c'est le cas. Il a eu beaucoup de mal à avancer dans sa vie, mais il a réussi. Aidan était considéré comme un homme responsable et même si c'est toujours dur de ne pas replonger il est un nouvel homme. C'est cet aspect de sa personnalité qu'il voulait montrer à Faye. Malheureusement la jeune femme n'en avait aucune envie mise à part celle de s'enfuir. « Faye ! » Lui dit Aidan avant de la retenir. Leurs retrouvailles ne pouvait pas se passer de la sorte. Cela ne pouvait pas durer que deux secondes dans lesquels la jeune femme l'envoyait sur les roses. Aidan était conscient du mal qu'il lui avait fait, mais il voulait une chance de s'expliquer. « Je sais que tu dois me détester et je ne peux pas t'en blâmer .. » Lui avoua Aidan. C'était une forme d'excuse pour Aidan. Il voulait qu'elle comprenne que ses intentions n'étaient pas de le blesser, mais de la sauver comme dans les contes de fées qu'elle aimait tant sauf que dans celui-là le prince à perdu sa princesse. Si quelque chose était arrivé à Faye par sa faute il s'en serait voulu à vie. « J'aimerais juste avoir une chance de te parler. Tu ne me dois rien, mais après tout ce temps ça serait dommage .. » Continua Aidan. Visiblement il avait du mal à finir ses phrases. Il semblait perdu à l'idée que Faye refuse de lui parler. Même si Aidan ne pouvait pas revenir en arrière il voulait au moins arranger les choses. Ce jour-là Aidan avait dit des choses terribles à Faye dans le but que celle-ci s'en aille. Bien sûr il n'en pensait pas un mot, mais il était toxique pour elle. Avant de le connaître Faye était une fille modèle celle dont les parents étaient la plus fière. A cause d'Aidan la jeune femme a plongée dans l'enfer de la drogue et Aidan n'a jamais pu se le pardonner. Si lui était trop faible pour arrêter Faye n'avait pas à venir dans sa chute. Faye méritait mieux que de finir avec un drogué qui n'était pas assez fort pour s'en sortir. Elle allait mal finir si elle continuait d'être avec lui. La perdre était la chose la plus difficile qu'il a eu a faire. Il était éperdument amoureux de la jeune femme, mais elle devait saisir l'opportunité de s'en sortir. Aidan savait que s'ils étaient encore ensemble Faye refuserait de partir. Il l'a beaucoup regretté, mais au fond de lui il sait que ses intentions étaient bonnes. « Accorde moi juste du temps pendant ton café et après si tu veux tu ne me reverras pas. S'il te plait ? » Lui demanda Aidan. Cela se voyait dans ses yeux qu'il était sincère. Il n'avait qu'une envie c'est avoir la chance de lui parler. De lui montrer qu'il avait changé. Elle lui avait tant manqué. Aidan voulait tout savoir d'elle. Il ne savait que quelques détails sur sa vie professionnelle. Maintenant tout était différent. Aidan avait réussi à se sortir de ses addictions. Il avait repris l'entreprise familiale et était sur la bonne voie. Il savait que Faye avait très bien réussit et cela lui faisait plaisir. Même si elle le détestait au moins cela renforçait l'idée selon laquelle son sacrifice à payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faye DiLaurentis

avatar

INSCRIT DEPUIS : 26/11/2011
MESSAGES : 68

MY NOTEBOOK.
の TO DO LIST:

MessageSujet: Re: ▽ THE GHOST OF THE PAST    Mer 14 Déc - 20:52

AIDAN et faye
Il y a huit ans de cela, dès que je l’ai vu, j’ai su que c’était lui. Malgré ses problèmes, malgré sa réputation, il a su faire chavirer mon cœur sans même bouger le petit doigt. C’était la belle époque, l’époque où je croyais encore au compte de fée, où je pensais que tout était possible, l’époque où je rêvais encore. J’avais des projets pleins la tête. Je m’imaginais, vêtue d’une robe blanche accrochée au bras d’Aidan, je me voyais également fonder une famille avec lui… et oui, c’est beau la jeunesse! Autant avouer, que le voir dans ce café, l’avoir en face de moi, ça me chamboule complètement. J’ai tellement de fois souhaité qu’il me rappel, qu’il me donne un signe de vie, mais malheureusement ce ne fut jamais le cas. Ces huit dernière années, j’ai essayé de me détacher de lui, j’ai même finit pas croire qu’à force il avait arrêté de me manquer, mais pourquoi ai-je alors une irrépressible envie de le prendre dans mes bras ? « J'habite ici .. » balbutia t-il. Pourquoi faut-il toujours que quelque chose me tombe dessus au moment où je m’y attends le moins ? Je ne répondis rien, laissant d’abord s’écouler quelques minutes avant de lui balancer une des pires choses que j’aurais pu lui dire. Malheureusement, je m’en suis rendu compte après coup. Au contraire de ce que j’ai pu lui cracher au visage, je ne l’imaginais pas du tout au détour d’une rue à moitié drogué, mais plutôt marié, deux enfants, habitant dans une grande maison de campagne. « Je l'ai mérité .. » me répondit-il. J’aurais préféré qu’il m’insulte, qu’il hausse le ton, à la place de se montrer aussi… gentil. Après tout, je ne suis qu’une fille comme une autre, une fille qu’il désirait juste se taper. N’était-ce pas ses propres propos ? Sentant les larmes me monter aux yeux, en me remémorant se souvenir, je décidai de me détourner de lui et de m’en aller, pas question de me montrer faible devant cet homme. Malheureusement c’était sans compter sur le fait, qu’Aidan me rattrape par le bras. Serrant les dents, j’essayais de reprendre contenance. Où s’est donc envolée ma colère ? « Je sais que tu dois me détester et je ne peux pas t'en blâmer .. » continua t-il, sur sa lancée. Tout comme moi, il semblait être perdu, n’arrivant plus à aligner correctement ses pensées. Le détester ? Tu es bien loin du compte Aidan, songeai-je alors. Aussi difficile que ce soit de me l’admettre, il n’a fait que me manquer ces huit dernières années, je n’ai jamais cessé de penser à lui, et même si je ne cesse de me répéter que je le hais, je sais, tout au fond de moi, que c’est faux. Je mourrais également envie d’avoir une discussion avec lui, ça fait des années que j’attends des réponses, pourtant là, tout de suite, je ne suis pas certaine de pouvoir tenir le choc. Qu’allons-nous bien pouvoir nous raconter ? Je me vois très mal, parler de banalité avec lui, autour d’un café. Après tout, il n’y a rien à expliqué. Il m’a quitté, il m’a avoué que je n’étais rien pour lui, que dire et que faire de plus, à part enfoncer le couteau dans la plaie ? « Accorde moi juste du temps pendant ton café et après si tu veux tu ne me reverras pas. S'il te plait ? » insista t-il. Prenant en compte le fait qu’il me laissait le droit de le bannir de ma vie, je poussai un soupire, avant de lui faire signe de me suivre vers une table vide, près de la fenêtre. « Je veux bien t’accorder une vingtaine de minutes, ensuite je vais devoir retourner travailler. » répondis-je glacial, tout en m’asseyant. « Je m’excuse de t’avoir balancé cette horreur à la figure, je ne le pensais pas. » déclarais-je sur un ton qui se voulait neutre, avant de boire une gorgée de mon café et de reprendre ; « Je vais être claire, ces huit dernière années, j’ai spécialement préparé pour toi une longue liste d’insultes, tu as foutu en l’air ma jeunesse non seulement en m’entrainant dans la drogue, mais également en me jetant comme une vieille loque. J’aimerais bien savoir comment tu peux m’expliquer tout ça, Aidan… » Je sentis soudainement une vague de stress monter en moi, voilà maintenant un long moment que j’attend cette explication, j’ai tant de fois imaginé cette rencontre, cette discussion ! « D’ailleurs, je ne sais même pas pourquoi, tu veux tant avoir une discussion avec moi. Après tout, tu ne m’as jamais aimée, c’était un jeu entre nous, je n’étais qu’une petite bourge parmi tant d’autres. » Ajoutais-je en veillant bien, à réutiliser ses propres mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Mcpherson

avatar

INSCRIT DEPUIS : 03/12/2011
MESSAGES : 46

MessageSujet: Re: ▽ THE GHOST OF THE PAST    Jeu 15 Déc - 15:19

La jeune femme ne devait pas se douter du pourquoi du comment Aidan avait fait ce qu'il avait fait. Elle le considérait comme un salaud qui avait gâché sa vie et elle n'était pas loin de la vérité. Seulement, Aidan lui avait brisé le cœur pour lui donner une chance de ne plus être une droguée. Il savait qu'il était trop faible pour arrêter alors il n'aurait jamais pu faire arrêter Faye. Faye méritait d'avoir une belle vie et même s'il l'aimait Aidan ne pouvait pas la lui donner. Alors il l'avait laissé partir. « Je t'ai menti ce jour-là il y a huit ans .. » Lui avoua Aidan. Il savait que maintenant qu'il avait commencé il allait devoir lui dire toute la vérité. Faye n'allait de toute façon pas le lâcher avant de tout savoir. Elle était comme ça et c'est ce qui faisait qu'il l'aimait tant. Elle ne se laissait jamais faire surtout pas sur des sujets aussi important que celui-ci. Après huit ans elle devait mourir d'impatience de savoir ce qu'avait à dire pour sa défense. « Je voulais que tu es une chance de recommencer ta vie à zéro. Tu seras d'accord pour dire que c'est entièrement ma faute si tu es tombée dans la drogue, je m'en voulais déjà beaucoup. Je ne pouvais pas en plus t'empêcher de saisir la chance de ta vie ! » Continua Aidan. Jamais il n'avait été aussi honnête avec quelqu'un. Même pas pendant ses réunions. Ce qui était flagrant c'est la sincérité d'Aidan. Visiblement en plus d'être sobre il était aussi honnête. Cela devait faire bizarre à Faye et Aidan espérait dans le bon sens du terme. « On te donnait l'opportunité de t'en sortir et tu étais prête à tout envoyer en l'air pour moi. Je ne pouvais pas te laisser faire ça alors j'ai préféré te dire les pires choses .. » Lui avoua honteusement Aidan. Maintenant il savait que ce n'était pas forcément la meilleure des solutions, mais sur le moment c'est tout ce qu'il avait trouvé à lui dire. Aidan aurait été prêt à tout pour réparer ces erreurs. Au moins il pouvait se dire qu'il lui avait permit de s'en sortir avec qu'avec lui jamais elle n'aurait pu. « Je savais que si je ne te disais pas toutes ces horreurs jamais tu ne serais parti. Tu sais pourquoi ? Parce que je t'aimais au moins autant que tu m'aimais voir plus ! » Lui rétorqua Aidan. Il ne venait pas ici pour se faire pardonner parce qu'il savait qu'elle ne pourrait sans doute jamais lui pardonner. Aidan voulait simplement qu'elle comprenne. Le plus étrange c'est que Aidan l'aimai toujours autant et qu'en reparler lui rappelait combien il avait souffert. Même si ce n'était pas lui qui s'était fait largué méchamment devoir lui dire tout ça avait été très difficile. Surtout qu'il n'en pensait pas un mot. « Tu méritais mieux qu'un drogué qui t'emmenait vers le fond. J'aurais aimé être celui qui aurait embellit ta vie, mais je n'ai fais que la gâcher » Lui avoua Aidan. Ce n'était pas facile pour lui de lui dire tout cela. Il avait fait beaucoup d'erreurs dans sa vie et n'avait jamais pu les réparer. Faye méritait au moins de savoir la vérité. Aidan était honnête avec lui-même il savait qu'il n'avait jamais rendu la vie de la jeune femme belle bien au contraire. Il n'avait fait que la conduire vers la drogue et toutes ces conneries. Aidan s'est senti coupable à ce moment-là et a voulu se racheter en la laissant partir. Il savait que c'était la meilleure solution même si cela lui avait brisé le cœur. « Alors j'ai fais la chose la plus difficile c'est à dire te laisser partir ..Parfois, aimer quelqu'un c'est le laisser partir. C'est ce que j'ai fais .. » D'une certaine façon, Aidan avait besoin de Faye pour guérir entièrement. Même si maintenant il n se droguait pas il restait fragile. Mais, il a préféré la laisser partir pour lui donner la chance de guérir. Faye méritait de changer de vie. Elle était jeune, belle, talentueuse. Il ne voulait pas un jour se réveillé et réaliser qu'il avait gâché définitivement sa vie. Aidan pouvait dire qu'il n'avait gâché qu'un bout de sa jeunesse et c'était déjà trop. Même si cela ne se voyait pas forcément Aidan se sent toujours aussi coupable. « Tu peux m'énoncer ta liste je le comprendrais totalement. Je veux juste que tu comprennes que je ne n'ai pas fais ça pour te faire souffrir, mais pour te faire partir. J'étais nocif pour toi, on le sait tout les deux ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▽ THE GHOST OF THE PAST    

Revenir en haut Aller en bas
 

▽ THE GHOST OF THE PAST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MU Ghost Whisperer
» Brochettes melon pastèque mozza
» Ghost Whisperer
» les bienfaits de la pastèque.
» Ghost Whisperer !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fymanly :: light of sydney's town :: Restoration :: The 3 steps café-